Zinozorrus 4

6,00 €
Quantité

Le zine des vieux znocs – journal de BD, dessin et cartoon.

Avec Masse, Pierre Guitton, E.C. Segar, Jean-Claude Lourdel, Xavier Dole, Philippe Gerbaud, François Fléché, Kristin Meller, D.V. Richard, F.B. Opper, Benjamin Rabier, Loïc Bonnefont, Hugot, Touïs, Caza, Caran d’Ache, O. Jacobsson, Pierre Arnau, Philippe Petit-Roulet, Violette Guyot, George Herriman, Gerald Poussin.

Édito :

Sur le dessin de couverture, un homme porte un fauteuil dans lequel dort un homme sur lequel dort un chat. Ce chat est bien dessiné par George Herriman, mais ce n’est pas Krazy Kat (1913 – 1944). La série Stumble Inn, de Georges Herriman est parue de 1922 à 1925.

Tous deux membres de la clique des Charlie Mensuel, Zinc et consorts de années ’70, deux vieux znocs nous rejoignent pour ce numéro. Il s’agit de Gérald Poussin – un maître de l’absurde et du délire graphique – (Constellation, ±1972) et de Philippe Petit-Roulet qui nous livre Classé X, la courte à la limite de l’abstraction qui orne cet édito, ainsi que La roulette russe (1973, une de ses premières BD.

Dole nous dresse le portrait de Georges… le premier qui comprend gagne un numéro de Zinozorrus. Dans Le voyage de l’endormi, de François Fléché, ça s’énerve un peu. Irons-nous jusqu’au réveil ? Que se soient des cowboys, des vampires, des magiciens ou des obsédés, les longues dames de Touïs n’en font qu’une bouchée (Kamikaze, 2019) + un Têt’chien. Pour changer des animobiliers, Hugot nous gratifie de quelques végétanimaux (2018). Kristin Meller continue ses BD scquelettiques (Calaveras à l’école). Ted Dabruti (±1973), de Pierre Guitton, approche de son dénouement. Trois planches de Masse brûlantes d’actualité : Le rodemouvi (2019). Loïc Bonnefont est surtout peintre, mais à l’occasion il crée de petites scénette souvent érotiques et drôles.

En vrac, la suite de Bip Bip Komix (±1971) de Caza, Sur la rivière (2019) de D.V. Richard, Le rendez-vous (±1980), de Lourdel, Les yeux plus grands que le vente, de Pierre Arnau + un Biblinaire (2019), et Roro tête de veau, de Philippe Gerbaud.

Les ancêtres : Bien sûr, on rit du ridicule d’Alphonse et Gaston (1903) de F. Opper, et de leur excessive politesse. Mais le monde brutal qui les entoure les rend finalement attachants… et bien sûr, ce sont eux les vrais poètes de l’histoire. Benjamin Rabier est surtout connu pour ses histoires animalières et pour avoir créé le logo de La Vache qui Rite (La leçon de politesse, ±1920). Caran d’Ache revendique (±1900), E.C. Segar nous présente Bernice (1928, traduction de Violette Guyot), O. Jacobsson et son Adamson (±1922)… et voilà.

Longue vie.

zino004

Fiche technique

Format
22 × 32 cm
Nombre de pages
44
Reliure
Piqure métallique