Zinozorrus 7

6,00 €
Quantité

Dans Zinozorrus, on avait déjà l’Adamson du suédois Oscar Jacobson ; voilà maintenant L’homme qui faisait tout ce qui lui passait par la tête* (dessin ci-dessus), d’un autre suédois : Oskar Andersson. Il se pourrait que ce dernier ait influencé le premier, puisque sa série fut publiée entre 1902 et 1905 (contre 1921 pour Adamson). À moins que l’esprit du pays ne soit particulièrement tourné vers l’absurde ?

Après celle des années 70/80, voilà la génération des années 80/90 qui pointe son nez dans Zinozorrus ! Après Philippe Gerbaud – un teknogus dans ce numéro, Placid nous offre une Brève rencontre. Dessinée en 1998, cette BD devait être publiée dans le canard de Stéphane Blanquet La Monstrueuse n°4… qui ne vit jamais le jour.

Page précédente, un petit bijou abscons de Guitton qui fait aussi la couverture ± 1976 + Moi, j’aime le music all ± 1972 | Il faut bien avouer que les kamikazes de Touïs sont opiniatres – 2020… quant à Têt’chien, virerait-il au mysticisme ? – 2020 | Les Végétanimaux – 2020 – et autres Animobiliers de Hugot pourraient bien s’être trouvés un ancêtre : Les terreurs des petits petiots (the terrors of the tiny tads*), de Gustave Verbeck, publiées de 1905 à 1914 aux États-Unis | Le dessin c’est de la danse prendra dorénavant une page par numéro ; c’est Emmanuelle Jamme qui inaugure la rubrique avec Tango – 2020 | L’humour tendre et délicat du Petit-Roulet des années ’70 produit encore son effet : Sur le front  ± 1974 | Un compte-rendu zélé du Championnat du Monde de  Hula-Hoop pour nez ±2019, par Lourdel + Vendredi soir, qui fut publié dans le tout dernier numéro de A Comme, premier zine édité par Xavier Dole – 1977, ce qui ne nous rajeunit pas (Gasp ? Yes !) | D’Olivier Soulas : Slitch !… tant va l’escargot à la salade qu’à la fin… | Dans Les aventures de Kiki et Coco – 2020, Xavier Dole (non mais quel toupet) se permet de nous faire la morale | Une Interview par Violette Guyot de Christine – libraire avec sa sœur Sylvie – à Bédarieux (ou les aventures d’une petite librairie de province aujourd’hui).

Et les ancêtres  : L’Hotel du Faux Pas (Stimble Inn) de George Herriman – 1923 | The Thimble Theatre d’Elsie Crisler Segar – 1928 | Le grain de poussière de Benjamin Rabier ± 1920 | Monologue d’un vieux marcheur de Caran d’Ache – 1900 | Un petit burlesque de 1906 par Lothar Meggendorfer. Wilhelm Schulz – qui fut membre de la Sécession Berlinoise – clos ce numéro avec Ægir l’ange gardien, paru dans la revue allemande Simplicissimus en 1897.

Bon appétit,

* Plus de détails sur topfferiana.fr, excellent site consacré aux origines de la BD

zino007

Fiche technique

Format
22 × 32 cm
Nombre de pages
44
Reliure
Piqure métallique